(English version to come)

Chèr-e-s ami-e-s,

Nous vous invitons mercredi prochain, à 9h, à une vigile de soutien pour
notre ami incarcéré, qui sera à la cour municipale pour un pro-format
(https://www.facebook.com/events/1482937385260314/). Vers la fin de la
semaine, celui-ci sera devant un juge de la cour supérieure pour
contester la décision de refuser sa remise en liberté conditionnelle en
attendant son procès.

Mais ce n’est pas tout à fait l’objet de notre texte. En effet, dimanche
le 26 avril, Amir Khadir, député de Québec solidaire, Andrés
Fontecillas, président de Québec solidaire et Julius Grey, avocat
spécialiste en droit constitutionnel, ont fait un point de presse
concernant la détention de notre ami, la qualifiant d’injustifiée.
Plusieurs grands médias ont relayé leurs propos. De notre côté, nous
considérons que certains points mériteraient d’être clarifiés.

De la récupération politique :

Ce n’est pas nouveau que Québec solidaire mette son nez dans les
mouvements sociaux, drainant ainsi les forces vives des mouvements et
affirmant que la démocratie représentative peut prendre le relais de la
démocratie directe et du rapport de force brut contre l’État, ses
institutions et le patronat.

Si aujourd’hui les mots d’Amir Khadir peuvent être analysés comme allant
dans le même sens que le mouvement, plaidant en faveur de la remise en
liberté de notre camarade, on se rappelle bien que l’expérience a été
moins heureuse en 2012. Nous croyons que ce n’est qu’une question de
timing politique. À la visée électoraliste de 2012 s’est substitué un
désir de faire plaisir à une base militante du parti, ‘l’aile gauche’.
Puisque les élections sont encore loin, pourquoi ne pas en profiter pour
augmenter son membership en récupérant un mouvement de grève?

Commençons par un bref retour en arrière. En mai 2012, lors du battage
médiatique entourant l’arrestation des personnes accusé-e-s d’avoir
lancé des engins fumigènes dans le métro, Amir Khadir, alors en pleine
préparation d’une campagne électorale, a pris position d’une toute autre
manière qu’aujourd’hui, en se rangeant derrière la condamnation unanime
du parlement à l’égard des gestes posés. Il avait alors déclaré aux
médias que «les gens stupides existent (…). Les gens malveillants
existent.» et appelait à l’arrestation des suspect-e-s le plus
rapidement possible, souhaitant ainsi s’attirer les faveurs de
l’“opinion publique”

Plus tard, durant l’été 2012, alors que plusieurs de ses militant-e-s
actif-ve-s occupaient des postes élus à la Coalition large de l’ASSÉ
(CLASSE) depuis plusieurs mois, Québec solidaire s’était offert comme
alternative parlementaire à la contestation dans les rues après le
déclenchement de la campagne électorale. Ses militant-e-s se sont rué-es
vers des postes dans les coordination de campagnes, laissant vacants
des postes clés qu’ils et elles s’étaient jalousement arrogé tout au
long de la grève et qui auraient pu jouer un rôle important dans la
préparation de la reprise des hostilités à l’automne 2012. Prétextant
vouloir laisser la chance au coureur, plusieurs votes de grève générale
illimitée n’ont pas été reconduits et certaines associations étudiantes
sont même allées jusqu’à voter des mandats en faveur d’une “trêve
électorale”. Troquer son rapport de force contre une représentation
parlementaire a été un pari qui a coûté cher au mouvement étudiant. Le
Parti Québécois, qui a été porté au pouvoir, a pu refiler la hausse par
la porte de derrière en coupant dans les crédits d’impôt aux
étudiant-e-s et en indexant les frais de scolarité. Pour ce qui est des
gains québecsolidariens, pour emprunter une expression lue ailleurs, il
y eut une augmentation significative de 2,3% des votes en faveur de ce
parti, ce qui nous amène aux abords d’un changement de régime (!).

Cette fois, lors du printemps 2015, nous avons noté une présence
beaucoup moins marquée des militant-e-s de QS dans les activités et
actions de la grève. Peut-être se préparent-elles-ils pour l’automne?
Quoi qu’il en soit, nous nous questionnons sur la prétention de Khadir
et de Fontecillas de s’arroger la légitimité d’être les porte-parole de
la dissidence politique. Prenons garde, il s’agit là de faux alliés.

Notre prise de position ici, n’est pas à l’effet que leur sortie
pourrait nuire à la cause juridique de notre camarade, comme ça été le
cas en 2012 pour les accusé-e-s des fumigènes par exemple, mais plutôt à
l’effet que sur le plan politique, notre camarade ne souhaitait pas
jouer le jeu des grands médias, ni être érigé en martyr de la grève.
Alors que les représentant-e-s de Québec Solidaire appellent à une
indignation sur la place publique, nous avons plutôt l’impression qu’ils
ne font que le jeter en pâture à nos ennemis.

Nous croyons plutôt que nous gagnons comme mouvement à ne pas
personnifier le débat, Il s’agit d’un enjeu politique, grave certes,
mais qui n’a pas de visage. De plus, le fait de le centrer sur sa
personne au lieu d’en faire un enjeu politique peut contribuer à lui
faire porter des stigmas et/ou des conséquences individuelles d’un
mouvement collectif.

Réflexion sur le groupe de soutien:

Nous ne posons pas ces questions parce que nous pensons que nous aurions
dû être mis au courant ou qu’on aurait dû demander notre permission pour
organiser une conférence de presse. Nous ne sommes rien de plus qu’un
groupe d’ami-e-s. Nous ne sommes pas un groupe décisionnel. Nous posons
ces questions parce que nous voulons nous organiser pour défendre sa
volonté et le défendre contre des arrivistes qui voudraient se faire du
capital politique sur son dos. Ce n’est pas un jeu.

Cela soulève quand même une question que nous devrons approfondir en
tant que mouvement… est-ce que le fait de ne pas occuper le terrain des
grands médias laisse toute la place aux agent-e-s récupérateur-rice-s?
En même temps, nous, on ne voulait pas l’occuper, et notre ami non plus.
Nous ne pensons pas que c’est là que doive se passer la lutte. Faut-il
alors investir davantage et créer des liens plus fort avec les médias
militants et indépendants?

Quoi qu’il en soit, nous appelons à la solidarité active et à
l’organisation de soutien pour nos ami-e-s incarcéré-e-s. Il n‘est pas
le premier et ne sera pas le dernier. Mais celle-ci doit rester une
solidarité politique de corps-à-corps, affective, de terrain, combative
et non servir à la politique représentative contre laquelle nous nous
battons. Nous ne luttons pas contre le système carcéral pour les points
de capital politique que ces luttes peuvent nous donner, mais parce que
nous savons au plus profond de nos trippes que cette lutte est juste et
nécessaire. Nécessaire en raison de la simple horreur du système
carcéral dans son essence, mais aussi parce que nous savons que les
prisons attendent nos camarades en lutte contre l’État et toutes les
personnes qui ne contribuent pas au bon avancement du capitalisme.

Se réorienter vers le mouvement et la lutte :

Comme tout-e représentant-e du gouvernement, Amir Khadir prend la
perspective de l’État et des droits humains. Il crie qu’il s’inquiète
pour la santé de la démocratie et de la perte de confiance dans le
système de justice. Cette position est tout à fait normale lorsqu’on ne
peut faire la différence entre les urnes et la rue et qu’on pose ces
deux stratégies comme équivalentes. Il n’est pas surprenant de le voir
s’inquiéter que les institutions ne semblent plus répondre à leur
fonction prévue dans un État de droits. C’est une position réformiste
tout à fait cohérente. Nous sommes d’un autre avis.

Nous croyons qu’il est temps de passer de l’indignation à l’organisation
de la révolte.

Étant de la perspective du mouvement, nous ne sommes pas surprises ou
indigné-e-s de l’incarcération de notre ami. Encore moins sommes nous
prêt-e-s à jouer la carte de la démocratie en déroute ou du droit qui
serait à préserver des influences des grands médias. Nous savons que
l’État et la justice sont des outils de la classe dirigeante qui ne
joueront jamais en notre faveur. En ce sens, nous ne sommes pas
indigné-e-s que « les bandits à cravates qui ont défilé devant la
Commission Charbonneau [aien]t droit à toutes les précautions quant au
respect de leurs droits, mais [que] face aux militants politiques, la
justice se fa[ssent] expéditive.» Khadir pleurniche que «ceci ne
fa[ssent] pas honneur à notre démocratie» alors que nous savons que le
droit n’est que l’institutionnalisation du rapport de force entre deux
classes antagonistes, rapport de force qui penche toujours en faveur des
bourgeois et de leurs alliés. Nous pensons qu’au contraire, il faut
s’organiser contre l’État et que le système judiciaire est une trappe de
laquelle il faut faire sortir notre ami. Il n’y a pas de lutte à mener à
l’intérieur de celui-ci.

Il ne faut pas se terrer, ni être terrorisé-e-s. Il faut s’organiser,
rester solidaires, et contre-attaquer. Notre ami est accusé et détenu
pour avoir fait la grève. Ainsi, il a été arrêté en raison d’un contexte
politique. Mais si notre ami était en dedans pour vol à l’étalage ou
s’il s’était agit d’une camarade emprisonnée pour s’être défendue contre
un-e partenaire violent-e, nous aurions été là aussi, car nous
comprenons que tout emprisonnement est politique et traversé par des
rapports de pouvoir structuraux de classe, de race, de sexe et bien
d’autres. Est-ce que les opportunistes de QS peuvent dire la même chose
s’illes utilisent le Droit et la Démocratie comme socle de leur
argumentaire? Et si nous osions poser la question de la Violence…
Jusqu’où pourraient-illes aller avant de commencer à se dissocier, à
condamner? Jusqu’où va notre solidarité avec les personnes arrêtées ?
Des serpentins, c’est injuste. Bloquer une porte, ça passe. Et qu’en
est-il de bloquer un pont, occuper un édifice ministériel, saboter les
propriétés privées de compagnie pétrolières? Nous n’avons pas besoin
de figures paternelles déconnectées du mouvement pour nous indiquer
lesquels de nos moyens d’action sont légitimes et lesquels ne le sont
pas. Ce serait comprendre la question à l’envers. Comme Angela Davis,
nous pensons que pour résister et combattre des violences systémiques,
la violence est une nécessité. Quand les élites politiques et
financières nous attaquent – en privatisant tout, en détruisant les
écosystèmes, ou en nous attaquant dans la rue -, nous n’avons d’autres
choix que de nous organiser, nous défendre et riposter.

Nous refusons de penser que l’arrestation et la détention de notre ami
est une bavure d’un système qui marche et qui est là pour durer, au
contraire, il a très bien rempli son rôle. Notre objectif politique ne
devrait pas être de demander des corrections aux systèmes
judiciaire/carcéral/capitaliste/parlementaire, mais plutôt de les
pousser à leur perte.

À ceux et celles qui s’étonneraient de la mort de la Justice ou de la
Démocratie à grand renfort de cris effarouchés, nous vous invitons à
venir rejoindre l’effort de grève – maintenant, tout le temps – , c’est
là, dans la rue avec nous, que vous serez plus utiles.

On se voit mercredi, et surtout le 1er mai.

des ami-e-s

Advertisements

One thought on “Au-delà de l’indignation QuébecSolidarienne; de la défense et de l’organisation contre le système carcéral

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s